Comment mettre en évidence le principe fondamental de traitement

La méthode de dr Bates

Juin 1921 COMMENT METTRE EN ÉVIDENCE LE PRINCIPE FONDAMENTAL DE TRAITEMENT par william bates, ophtalmo -  article association l'art de voir méthode bates en france

 

Better Eyesight Magazine – Juin 1921

Par le Dr. W.H. Bates

 

 

Comment mettre en évidence le principe fondamental de traitement

 

Le but de toutes les méthodes utilisées dans le traitement de la vue imparfaite sans lunettes est d'assurer le repos ou la relaxation, de l'esprit d'abord et ensuite des yeux. Le repos améliore toujours la vision. L'effort la réduit toujours. Les personnes qui souhaitent améliorer leur vision devraient commencer par faire l’expérience de ce constat.

 

Fermez les yeux et gardez-les fermés pendant quinze minutes. Ne pensez à rien de particulier ou alors à quelque chose d'agréable. En rouvrant les yeux, vous constaterez généralement que la vision s'est améliorée temporairement. Si ce n'est pas le cas, ce sera parce que, pendant que les yeux étaient fermés, l'esprit n'était pas au repos.

 

La tension peut se manifester par une contraction des paupières visible par un observateur et ressentie au doigt par le patient. Cela peut généralement se corriger par une période de repos suffisamment longue.

 

Bien des gens échouent à obtenir une amélioration temporaire de la vision en fermant les yeux parce qu'ils ne les gardent pas fermées assez longtemps. C’est notamment le cas des enfants à moins qu'une personne adulte ne les soutienne et ne les encourage. De nombreux adultes ont également besoin de surveillance.

 

Pour démontrer que la tension diminue la vision, pensez à quelque chose de désagréable - un inconfort physique ou quelque chose que vous avez du mal de voir. Lorsque vous rouvrez les yeux vous constaterez une baisse de la vision. De même, fixez une partie d'une lettre sur la carte de test ou essayez de voir en même temps la lettre entière de la même manière.

 

La vision baisse invariablement et la lettre peut même disparaître.

 

 

Article traduit par Sonia Djaoui , membre de l’Art de Voir,

revu par Eva Lothar

 

 

RETOUR ARTICLES