Soleil et myopie

Traduction par Eva Lothar de l'Article “Sunlight may save kids' sight” par Dani Cooper, ABC Science

D'après plusieurs études faites en 2008 sur des enfants d'âge scolaire en Australie, il apparaît que les enfants qui passent beaucoup de temps à des activités d'intérieur (télévision, jeux vidéo, ordinateur…) ont plus de chance de présenter et d'aggraver une myopie que ceux qui jouent à l'extérieur.

Cette recherche porte sur 4000 écoliers de 12 ans : ceux qui passent le plus de temps à des activités de plein air (plus de 2.8 heures), présentent le moindre pourcentage de myopie, indépendamment de leurs activités scolaires impliquant le vision de près, ce qui tendrait à éliminer l'incrimination du travail de près dans l'apparition de la myopie.

Par ailleurs, la pratique sportive elle-même ne doit pas être à l'origine du plus faible pourcentage de myopie, le sport d'intérieur ne s'accompagnant pas d'une réduction de la myopie.

De plus, il a été constaté une plus faible myopie chez les enfants non-sportifs passant beaucoup de temps à l'extérieur.

Chez les enfants passant peu de temps en plein air (moins d'1.6 heure) et beaucoup de temps à des activités de près, le risque de myopie était multiplié par trois.

Selon le Dr Kathryn Rose, dans une étude publié dans la revue Ophtalmology , la différence provient de l'intensité de la lumière du dehors. L'intensité lumineuse provoque la contraction pupillaire, ce qui augmente la profondeur de champ et par conséquent, une meilleure acuité pour la vision des lointains. Par ailleurs, une forte luminosité pourrait induire la secrétion de dopamine au niveau de la rétine, qui inhiberait l'allongement de l'œil rencontré dans la myopie.

Une étude faite par le Australia Research Council , dans le cadre de deux programmes universitaires a mis en parallèle des enfants d'origine chinoise à Singapour et en Australie : tous passent un temps équivalent à des jeux vidéo etc… : chez les enfants de 6 ans, 30% des singapouriens sont myopes, et seulement 3% des enfants sino-australiens, c'est à dire dix fois moins. Les premiers ne passent qu'une moyenne de 30 minutes par jour à des jeux de plein air, comparé aux 2-3 heures des sino-australiens. Le facteur ethnique est ainsi lui-même éliminé dans l'apparition de la myopie.

Cette myopie tend, en outre, à s'aggraver considérablement chez les élèves de Singapour, dont 90% portent des lunettes à la fin de leurs études secondaires.

Il semble donc que ce n'est pas l'activité intellectuelle, trop souvent incriminée, mais la privation d'activités de plein air, qui est responsable de l'apparition de la myopie enfantine, et de son aggravation ultérieure.

Références :

Dr. Kathy Rose de la Faculté des Sciences de la Santé à l'Université de Sydney

Dr. Ian Morgan, du Conseil Australien de Recherche Centre d'Excellence en Sciences Visuelles

ABC Science “Sunlight may save kids sight” par Dani Cooper (article en anglais)

Deux articles récemment publiés au Royaume Uni, dans la section scientifique du Telegraph, attirent l'attention du public sur un phénomène de société né de précautions extrêmes recommandées par le corps médical à l'encontre du soleil.

 

“Attention aux effets néfastes de la privation de soleil!”

1- Chez le jeune enfant et le nourrisson, crises d'épilepsie par carence en vitamine D, allant jusqu'à la fracture du crâne. Cette carence est directement liée à un manque d'exposition du nourrisson et du jeune enfant au soleil ou même à l'air du dehors.

Chez l'adulte même, une protection vestimentaire exagérée, ainsi que l'utilisation de crèmes-écran solaires, peuvent, comme dans le cas de l'actrice Gwynneth Paltrow, aboutir au diagnostic de carence en Vitamine D.

Des instituts britanniques de recherche sur le cancer commencent à revenir sur des recommandations médicale trop catégoriques et à conseiller une exposition solaire modérée.

2- Chez la personne âgée, une exposition solaire régulière pourrait diminuer le risque de diabète et d'accidents cardio-vasculaires dûs à une carence en vitamine D. La synthèse de la vitamine D se faisant par la peau, une peau souvent altérée chez le sujet âgé, une exposition de 5 à 30 minutes 2 fois par semaine est donc recommandée pour permettre cette synthèse.

 

Les 2 articles préconisent de plus un exercice physique régulier, une alimentation riche en calcium : poisson, foie, œufs et le cas échéant (femme enceinte) une supplémentation en Vitamine D sous surveillance médicale.

Le soleil, aliment indispensable, Fance Guillain. Ed. DEMETER